vous êtes ici : Sentinelles de la Seine : Sentinelles du Pouvoir


Sentinelles du Pouvoir

Après le rappel historique, l’ouvrage aborde quelques notions de droit féodal et d’architecture militaire.

Le système féodal

La concession d’un fief repose sur les quatre obligations du « contrat » de fief  (ce contrat n’étant pas un document écrit, que personne, à l’époque, ne saurait écrire ni lire, à l’exception des clercs, mais sur la cérémonie protocolaire qu’est l’hommage) :

Le vassal doit à son suzerain :

  • L’hommage, engagement personnel absolu du vassal envers son suzerain : quoi qu’il arrive, il est « son homme » (d’où le nom de la cérémonie de « l’hommage »).
  • La chevauchée, obligation de servir militairement le suzerain en cas de nécessité : c’est le service d’ost, en réponse à l’appel (ban).
  • Le service de cour : obligation de participer, sur demande, aux « plaids » pour conseiller le seigneur dans tout ce qui sort du cadre militaire (participation à sa cour de justice, par exemple), ou lui procurer, en cas de circonstances exceptionnelles, des secours en argent (aide), d’où l’autre nom du service de cour : le « service d’aide et de conseil ».
  • Le maintien : le vassal s’engage à garder le fief dans son intégrité juridique et physique. L’intégrité juridique signifie que le fief n’est pas héréditaire : en cas de décès du vassal, le suzerain peut concéder le fief au successeur du défunt (d’où nouvel hommage) ou non. L’intégrité physique implique des devoirs de défense, et les moyens de l’assurer. D’où la nécessité du château fort. 


L'architecture militaire

La conception d’un château fort pose de nombreux problèmes théoriques, dont les solutions ont été trouvées « expérimentalement », au fil du temps. Quelques uns de ces problèmes sont abordés dans l’ouvrage :


Ces multiples problèmes ont été résolus, dans le temps et l’espace, de façon très diverse, comme en témoignent les quatre châteaux forts  explorés :

  1. Le château de Lillebonne, où le duc Guillaume réunit ses barons pour décider de l’invasion de l’Angleterre ; 
  2. Le château de Moulineaux , dit à tort « château de Robert le Diable »,  édifié par Robert le Magnifique, père du Conquérant ;
  3. Château Gaillard, aux Andelys, construit en un an par Richard Cœur-de-Lion pour tenir tête au roi de Francie Philippe II Auguste ;
  4. Le château de La Roche-Guyon, verrouillant, lui aussi, la Seine en un endroit stratégique à la frontière séparant le duché de Normandie du royaume de Francie.


             Cliquez sur les images pour les afficher en plus grand
Chateau de Lillebonne Château de Moulineaux
Le château de Lillebonne Le château de Moulineaux
Château Gaillard Château de la Roche Guyon
Château Gaillard Le château de la Roche-Guyon


 Poursuivre la lecture : Sentinelles de la Foi

  
 


 
  
Duché de Normandie
Sentinelles
du Pouvoir

Sentinelles
de la Foi
Revue de presse
Où trouver l'ouvrage ?
A propos d'héraldique
notions d'héraldique
     © Jacques Bloeme 2014 | Mentions légales | Contact        
--
 © Jacques Bloeme Contacter l'auteur  Mentions légales  
--