L'Europe avant l'An mil

L’Académicien Jean Tulard évoque le général de Gaulle et le chancelier Adenauer lorsqu’il écrit, dans la préface de cet ouvrage :

« On parle beaucoup de l’Europe comme si elle surgissait aujourd’hui du néant par la grâce de quelques hommes au demeurant remarquables. Or, l’Europe a un passé, un très long et très riche passé ... ».

Et de citer, un peu plus loin dans la même préface :

« …l’Europe des Lumières, où l’on ne sait plus si Mozart est autrichien, italien ou français, (ou) le grand Empire que bâtit Napoléon sur le Code civil et le blocus continental. Ces Europes sont connues … (D’autres) le sont moins.».

Car il y eut, en effet, d’autres circonstances où notre Continent évolua d’une façon harmonieuse. Ce fut, bien sûr, l’aventure de l’Europe carolingienne, institution géopolitique qui naquit à la fin du huitième siècle avant de disparaître prématurément quelques années plus tard. .

Les deux présentations accessibles également ci-contre (Haut Moyen-âge et Bas Moyen-âge) vous donneront un aperçu du contenu de ce livre (500 pages). Chacune des cinquante pages donne un court résumé du chapitre correspondant de l’ouvrage.

AVANT, y eut-il quelque chose de similaire ?

Réponse : Oui, l’Europe romaine, autre construction géopolitique, qui perdura durant un demi-millénaire, entre le premier et le cinquième siècle de notre ère.

ET AVANT ?

Avant, ce fut l’Europe celtique, dont la civilisation à caractère ethnologique, mais sans aucun dessein politique, s’étendit, durant quatre siècles environ, de l’embouchure du Danube aux rivages de l’Atlantique.

ET AVANT ?

C’est pour éviter cette cascade de questions, devenant embarrassantes à mesure que l’on remonte le temps, que cette histoire de « l’Europe avant l’an mil » commence par son vrai commencement : en Afrique, voici plusieurs milliers d’années, au moment où l’homme, animal quadrupède, devient bipède et décide de changer de continent avant d’y travailler la pierre taillée, puis la pierre polie, puis le métal … Ce sont donc la Préhistoire et la protohistoire, qui sont évoquées dans les premières pages de cet ouvrage, qui en compte huit cents, avant d’aborder la période romaine et la période franque … Cette dernière prendra fin cent cinquante ans avant l’An Mil, cette date mythique où … il ne se passa rien !

Pour commencer : le Paléolithique

retour en haut de page