Histoire du Duché de Normandie

Au IXe siècle, les Vikings, venus sur leurs longues barques (que l’on appelle improprement les drakkars), sèment la désolation dans tout l’ouest européen. Ils font des ravages dans les Iles brittoniques, en Francie (ce pays qui n’est pas encore la France), en Espagne et jusqu’en Italie.

En Francie, ils remontent la Garonne jusque Toulouse (en 844) et la Loire jusque Tours (en 863) et Blois (en 864). Plus au nord, encore, c’est la Seine qui avait servi de théâtre à leurs exploits : ils avaient atteint Paris en 846.

Tout est bon à leurs yeux pour des rapines ou des destructions, et les abbayes, généralement riches, sont les premières touchées. Le roi de Francie, Charles le Simple, ne pouvant venir à bout de ces hordes ravageuses par les voies militaires, choisit la négociation.

Naissance de la Normandie

C’est ici que commence, en 911, l’histoire du duché de Normandie (qui n’est, à l’origine, que le « comté de Rouen »). Le roi Charles rencontre Rollon le Viking à Saint-Clair-sur-Epte et lui offre le territoire groupant les évêchés de Rouen, Evreux, Lisieux, Bayeux et Sées, sous la triple condition de cesser ses incursions en territoire franc, (éventuellement de s’opposer à celles d’autres Vikings), de défendre et administrer le territoire qui lui est confié (lequel territoire est érigé en « comté de Rouen »), et se faire chrétien.

Une dynastie comtale est née. Après Rollon, son fils Guillaume Longue Epée, puis son petit-fils Richard Ier, respectent à la lettre les termes de l’accord. Richard obtient même du nouveau roi de Francie, Lothaire, l’octroi de deux nouveaux évêchés : Coutances et Avranches. Le domaine devient trop important pour n’être qu’un comté : vers 965, il est érigé en duché. Administré par les « Hommes du Nord », les Nor-Manni, autrement dit les Normands, il en prend le nom, et devient le duché de Normandie.

Richard Ier poursuit la dynastie en ligne directe avec son fils Richard II le Bon (996-1026), son petit-fils Robert le Magnifique (1027-1036), et son arrière-petit-fils, Guillaume le Bâtard qui deviendra illustre, en 1066, en s’emparant du trône d’Angleterre après sa victoire à la bataille d’Hastings.

Les Rois-ducs

Dès lors, ce ne sont plus des ducs dont il faut parler, mais des rois-ducs, car ils seront simultanément, rois d’Angleterre et ducs de Normandie : Robert Courte-Heuze (1096-1106), Henri Ier Beauclerc (1106-1135), Etienne de Blois (1135-1154), Henri II Plantagenêt (1154-1189). Ce dernier, ayant épousé Aliénor d’Aquitaine, l’ancienne reine de Francie répudiée par Louis VII à son retour de croisade, donnera le jour aux deux derniers ducs de Normandie : Richard Cœur de Lion (1189-1199), et son frère Jean-sans-Terre (1199-1216). Après la félonie de Jean sans Terre et son refus de paraître au tribunal de Philippe Auguste, ce dernier exercera son « droit de commise », et le duché sera réintégré au royaume de Francie, bientôt royaume de France.

Découvrir quatre Sentinelles du Pouvoir

retour en haut de page